Fanny LEVY

Née à Angoulême, j'ai fait des études de lettres à Bordeaux. Professeur de lettres dans divers collèges charentais, j'ai gagné avec des classes le premier prix du concours national de la presse écrite et le premier prix national de la nouvelle. Je résume ma vie à ces mots simples : lire, enseigner, écrire. M'inspirant de mes propres émotions, de mon vécu, je sculpte mes personnages et m'attache à les faire vivre au fil de mes différents romans.

Dieu compte les larmes des femmes

En épousant David, Paprika ne se doute pas que commence pour elle une descente aux enfers. Sous emprise, elle essaie de se sauver par l’écriture. Écartelée entre deux écritures, l’une divine, l’autre humaine, elle écrit sur un hérétique du dix-septième siècle à qui, peu à peu, elle s’identifie. Autour de Paprika et d’un écrasant mari qu’elle finit toujours par excuser, gravitent des personnages : Léa, une belle-mère qui semble caricaturale, Maryline, une belle-fille qui ne l’est pas moins, des Juives orthodoxes aux conceptions patriarcales du mariage, Mona, une amie féministe et Alain Kalmann, un bouquiniste qui veut écrire le livre de l’homme et s’acharne à découvrir un grand secret dans l’ouvrage d’un kabbaliste du dix-huitième siècle. Au-dessus de ces personnages, trônent les figures de Renée, l’épouse défunte, et de Malka, la mère morte à la naissance de Paprika.

Paprika réussira-t-elle à se sauver ou tombera-t-elle, encore et toujours, sans pouvoir se relever ? Qui connaît la fin de notre chute ? Cette fiction tragique pleine d’érudition dans laquelle les personnages se correspondent par-delà le temps, reprend les personnages du troisième livre de Fanny Lévy, La blessure invisible du commencement. Chantre de la douleur d’aimer, elle y dévoile les mécanismes intimes de la personnalité, y explore les secrets de l’âme humaine et touche aux sentiments les plus bas. Elle nous donne aussi une variation sur la relation de l’auteur avec son personnage et affirme la puissance de la littérature.

 

Editions Orizons 2016

Une existence au fil de son passage en ce monde

Un roman d’apprentissage de la découverte de soi ― cheminement, à corps perdu, de deux personnages, Jean-Claude et Stéphanie. Deux existences différentes mais liées. Univers étrange et fascinant où le rêve et le réel s’intriquent.
Cette Existence au fil de son passage en ce monde est une quête du Graal : plongée dans l’inconscient, errance solitaire d’un être en quête d’identité et au destin cabossé. Jean- Claude réussira-t-il à passer de la démence, de la prison intérieure à la renaissance et à la délivrance ?
Texte incantatoire, tragi-clownerie intérieure, prose à voir et à entendre, l’autre volet, Le je du miroir, est à la fois monologue à la première personne, récit à la troisième et appel à la deuxième vers le lecteur. Jeu du moi et du sur-moi. Affrontement avec la réalité prosaïque, avec le double. Du rêve duquel l’autre est-il l’ombre ? Lequel veut tuer l’autre pour retrouver son image dans un miroir aussi noir que l’encre ? Le je du miroir avait été considéré par Louis Nucera (prix Interalliés 1981) comme un chef d’œuvre.

 

Editions Orizons

Juillet 2015

Bibliographie

Editorial

Bonjour à tous, lecteurs, visiteurs, auteurs…
La Société des Auteurs du Poitou-Charentes a vu le jour en 2002 avec pour objectif, d’être quelque part, le « porte-voix » de notre richesse éditoriale.
Nous avons pour vocation de défendre, d’enrichir, de sauvegarder et de promouvoir notre patrimoine littéraire, de favoriser, les échanges, partager les expériences.
Mieux connaitre les écrivains, leurs œuvres…

 

Lire la suite... 

 

Prochains rendez-vous

24 et 25 juin 2017 : salon de Montmorillon, 86

25 juin 2017 : salon du Blanc, 36

22 et 23 juillet 2017 : Loudun, 86

27 juillet 2017 : salon de Dolus, 17

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Auteurs du Poitou Charentes